L'aGitation dans la BoîTe à outIls - textes
Ah mais vous êtes trop politiquement correctEs vous !
Retour sur une rengaine trop entendue pour être honnête
par L’agitation dans la boîte à outils, 1er juin 2010


Vous avez remarqué ? Dès qu’on a le tort de reprendre telle ou telle personne sur des propos homophobes, sexistes, racistes (liste non exhaustive !) et qu’on ne laisse pas passer ces choses là, c’est souvent la levée de boucliers, et ça, dans tous les milieux, ou presque.

Parmi les discours que tiennent les gardienNEs du statut quo, il y en a un qui a sacrément la cote, c’est celui de "l’opposition au politiquement correct". Vouloir que les femmes/les LGBT/les personnes raciséEs (etc), que les personnes qui sont oppriméEs dans notre société soient, ne serait- ce que respectéEs un minimum dans une conversation ou ailleurs, c’est être "politiquement correct", et ça, c’est MAL ! Parce que la liberté d’expression (des dominantEs) c’est sacré, et que si on émet quelques réserves, ben on est forcément partisanE du goulag !

Mais au fait, ça vient d’où l’expression "politiquement correct" ?

Le Politically Correct ou PC (Politiquement Correct) vient des États-Unis, plus précisément des milieux universitaires de gauche. Le terme political fait référence au fait que les relations interpersonnelles s’inscrivent dans un contexte social général et par la même deviennent politiques. Le personnel est politique : quand on traite un arabe de bougnoule, ce n’est pas seulement lui qu’on attaque, mais tous les arabes, en insinuant que le fait même d’être arabe représente une tare, est le signe d’une infériorité. […] il s’agit d’employer des termes ou d’adopter des attitudes qui ne sont pas incorrectes, c’est à dire offensantes pour d’autres catégories de personnes, en se basant sur le concept politique que nous venons d’évoquer. [1]

La droite néoconservatrice étasunienne va contrer cette remise en cause en déformant la signification première du mot pour en faire un mythe politique moderne [2] qui l’a aidée à écraser ses opposantEs. A tel point qu’aujourd’hui, le politiquement correct n’est plus utilisé que comme une référence négative. Les réactionnaires ont gagné la bataille des mots. Ils ont construit une légende :

Les croyances propagées par les anti-pc peuvent se résumer à l’idée que les minorités ont le pouvoir aujourd’hui (ils en donnent pour preuves les lois protégeant les groupes minorisés, comme l’affirmative action), qu’elles menacent la cohésion républicaine (discours de type Chevènement) voir l’unité des luttes [3]. La conséquence de cette immense désinformation, c’est l’idée que le groupe dominant, composé d’hommes-blancs-bourgeois-hétérosexuels, est en crise, dominé, discriminé par les groupes minorisés.

A partir de là, l’effet de cette idéologie moisie se dévoile clairement. Il s’agit d’empêcher les groupes dominés de bénéficier de mesures concrètes qui limiteraient leur oppression

[1Maries Pas Claires, Le "Politiquement Correct" ?, http://1libertaire.free.fr/mariepas... vu le 23 juin 2009.

[2Pour plus de détails sur la construction du mythe, voir l’article de Philippe Mangeot, Bonnes conduites ? , Petite histoire du "politiquement correct" , Partie I http://lmsi.net/spip.php?article252 vu le 23 juin 2009.
Partie II http://lmsi.net/spip.php?article253 vu le 23 juin 2009.

[3Hélàs, les discours anti-pc se sont imposés comme des évidences, même au sein de nombreux mouvements « progressistes ».

[4Julien Salingue, "Quelques remarques sur les manifestations lycéennes et le prétendu "racisme anti-blancs", http://lmsi.net/spip.php?article358 vu le 23 juin

[5Discrimination qui se ferait à l’encontre des hétérosexuelLEs, à ne pas confondre avec l’hétérophobie selon Albert Memmi, de hétéro : autre et phobie : peur, soit, la peur de l’autre.

[6Eric Brunet, Être riche : un tabou français, Albin Michel, 2007





Retour au sommaire