Appel à témoignages
La termite brailleuse, 4 février 2014

Je lance un appel à témoigner ! Il vous est surement arrivé, en tant que femme, de faire face à des situations dégradantes, humiliantes ou des agressions exercées par des hommes en raison de leur supériorité supposée. Vous aimeriez partager cet épisode de votre vie qui serait traduit en images sur ce site, je vous invite, pour ce faire, à me laisser un message dans la rubrique contact du site dans le menu à gauche sur la page d’accueil.

  • J’aimerais particulièrement dénoncer le sexisme que subisse les femmes voilées en raison d’une islamophobie ambiante. Sous couvert de "laïcité" et de dénonciation d’un "sexisme spécifique aux quartiers populaires", les femmes voilées se retrouvent à devoir justifier le port du voile auprès des diverses classes dominantes.
  • Autre aspect du sexisme que je souhaite dénoncer sur ce site : ce qu’on peut appeler la mochophobie, le fait d’être discriminée, décrédibilisée, raillée du fait d’un physique hors des canons de beauté, chose que l’on ne choisit pas.
  • Également, le genre peut être une source d’oppression : si tu es une fille qui "ne se comporte pas comme une fille"donc que tu n’es pas féminine, tu es considérée comme quelqu’un de marginal ou "moche".
  • L’âge : le changement d’apparence avec le temps a également des conséquences sur le regard que peut porter un homme sur une femme. Nous nous contenterons ici du comportement des hommes par rapport aux femmes.
  • Toute autre histoire est également bienvenue à partir du moment où elle est conforme à l’esprit du site.

J’espère recevoir de nombreux témoignages même s’il me sera difficile de satisfaire l’ensemble des personnes m’envoyant une histoire vécue, étant donné le temps que prend une histoire à être mise en page, réfléchie, crayonnée, encrée, colorisée etc. Merci de votre indulgence.
Je vous remercie également pour votre participation à la dénonciation du sexisme ordinaire.

Vous pouvez également si vous vous sentez l’âme artiste, m’envoyer vos bd d’histoires vécues !

Pour m’aider dans la création de votre histoire, le maximum de détails est important : description des personnages (vêtements, style, attitudes), des lieux (la cuisine, le salon, dehors, intérieur plutôt bourgeois ou classe populaire, maison ou appartement, etc...), chronologie de l’action, échange de paroles pendant la scène, heure de l’action (journée ou nuit), cadre urbain ou rural, etc.
Tout ces détails peuvent être approximatifs mais pour une plus grande crédibilité je souhaite que l’ensemble soit relativement fidèle à l’histoire vécue. Merci !





  • Appel à témoignages
    13 février 2014 , par Christelle

    Bonjour, j’ai 49 ans et, à différentes reprises, j’ai été en bute à des réactions négatives voire agressives, de la part d’hommes, je pense qu’elles étaient dues à un sentiment de supériorité qu’ils ressentaient ou une crainte de la femme en général.
    Voici quelques exemples des diverses réactions que j’ai suscitées :
    Comme je suis grande et blonde, certains hommes se sont d’emblée adressés à moi comme à une demeurée, un être décérébré du genre "elle comprend ce qu’on lui dit la dame, au moins ? *ricanements et clins d’oeil entendus*, je me faisais donc un plaisir de les remettre à leur place à l’aide de brefs arguments cinglants.
    A priori on mettait systématiquement mes compétences en doute, il fallait que je fasse mes preuves (comment ? une grande femme blonde peut rénover seule une ferme ?? m’étonnerais !) (elle fait des peintures murales ??) (elle pense ??) (elle a fait des études supérieures ?) ils demandaient tous à voir, hum cette satisfaction de leur prouver leur erreur et de détruire leurs idées reçues ! Après j’ai souvent entendu un "compliment" de leur part "ah toi, t’es pas comme les autres gonzesses, t’es une nana qu’a des couilles (je cite) (c’est monstrueux je trouve, qu’est ce que ça veut dire ?)
    On m’a aussi cataloguée comme "salope" (étant donné que "se sont toutes des salopes"), alors que je ne portais en général que des jean’s informes, baskets, grand pull, et que mes attitudes étaient "passe-muraille", j’ai donc évité de porter des jupes au début des années 80 dans la petite ville ouvrière dans laquelle je vivais à l’époque.
    J’ai également suscité la haine et l’envie, une haine féroce qui a poussé un homme qui haïssait les femmes de détruire ma vie (en me tendant un piège), 10 ans après je n’ai pas réussi à me remettre sur pieds (financièrement parlant).